plantules d'ambroisie avec fond rouge
Focus

Ambroisie

Mots clés

L'ambroisie est considérée comme une plante envahissante qui prend la place d'autres espèces végétales. Son pollen est à l'origine de nombreuses allergies. Le mot d'ordre est aujourd'hui de se débarrasser de cette plante, en impliquant les citoyens.

L' ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) est une plante herbacée annuelle originaire d'Amérique que l'on trouve dans les champs cultivés ou non cultivés, les friches, les bords des routes et des rivières, en milieu rural comme en milieu urbain. L'histoire de son arrivée en France est incertaine. Selon une publication de l'Iserm, son arrivée dans les parcelles agricoles pourrait venir de semences venues des États-Unis.

La région Auvergne-Rhône-Alpes est la région la plus touchée par la présence d'ambroisie. C'est visible sur une carte réalisée par l'Observatoire des Ambroisies, Fredon France, en janvier 2019.

Enjeux pour la santé

Considérée comme plante envahissante, elle est la principale cause d'allergies (rhinite, conjonctivite, trachéite, asthme, urticaire) de mi-août à mi-octobre et est responsable de diverses pathologies, notamment respiratoires.

En 2018, l'Observatoire régional de la santé a publié une étude et recense 660 000 personnes allergiques au pollen d'ambroisie sur son territoire. Elle a montré qu'environ 10% des habitants de 6 à 74 ans de cette région avaient eu recours à des soins (remboursés) en lien avec l'allergie à l'ambroisie. Les personnes les plus touchées étaient celles situées dans les tranches d'âge la plus basse et la plus élevée.

10%

des habitants en Auvergne-Rhône-Alpes
ont eu recours à des soins en lien avec l'allergie à l'ambroisie.

 

La prolifération d'ambroisie constitue par ailleurs une menace pour la biodiversité en faisant concurrence à d'autres espèces végétales. Certains écologistes ont un point de vue plus nuancé sur la nocivité de cette plante et l'abordent comme élément d'un écosystème. (« L'ambroisie, une plante à éradiquer, vraiment ? » blog d'un Ardéchois)

Recommandations

Pour les personnes allergiques, les principales recommandations de prévention sont rappelées dans l'avis du Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) du 28 avril 2016. Leur intention est de réduire l'exposition aux pollens allergisants - comme ceux de l'ambroisie - et d'atténuer les symptômes des personnes sensibles.

Un guide - réalisé par l'Observatoire des ambroisies -  offre quelques conduites à tenir
pour se protéger des pollens :

  • éviter les activités extérieures qui entraînent une surexposition aux pollens
  • éviter de faire sécher son linge à l'extérieur
  • fermer les vitres des véhicules
  • se rincer les cheveux le soir
  • aérer son habitation de préférence la nuit

Comment se débarrasser de l'ambroisie ?

Le mot d'ordre est de se débarrasser de cette plante dont le pollen est nuisible pour bon nombre de personnes. Les conseils :

  • Identifier les plants (explications en vidéo pour s'assurer qu'il s'agit bien de l'ambroisie et non de l'armoise)
  • Végétaliser en action préventive les zones de terre récemment remuées. L'ambroisie est une plante qui n'aime pas la concurrence d'autres végétaux
  • Éliminer les plants par l'arrachage, le fauchage, le broyage, la tonte ou le désherbage thermique.
    Arracher la plante (avec masques et gants si elle est fleurie) et la faucher fin-juillet avant la floraison (plus ou moins tôt selon les zones). Si on agit trop tôt, elle aura le temps de repousser et de fleurir en août.

 

Un dispositif de signalement citoyen
La lutte contre l'ambroisie consiste en une série d'actions pour empêcher la plante de produire du pollen : la reconnaître, l'arracher, la signaler et éviter de s'y exposer. Les citoyens sont invités à s'impliquer dans toutes ces étapes.
« Ambroisie : l'affaire de tous, la responsabilité de chacun ».
C'est le slogan développé par l'Agence régionale de santé il y a une dizaine d'années afin d'inciter à l'action.

« La surveillance de l'ambroisie prend ainsi forme à travers un régime participatif citoyen », commentet Clarine Julienne, dans La lutte contre l'ambroisie – Gestion biosécuritaire d'une espèce invasive (2018).
Ce dispositif de signalement citoyen est décliné sur le site Signalement Ambroisie et peut être investi par tout citoyen via une application, une adresse courriel et un numéro de téléphone (voir le mode d'emploi)

 

A découvrir dans la médiathèque