Méthode
Type
Fiche posture et repère

Actions locales : de l'analyse du problème aux leviers d'actions

Mots clés

Les problématiques en santé-environnement sont nombreuses et il est nécessaire de s'interroger tout à la fois sur ses causes qui sont souvent multiples et sur les manières d'agir dessus qui nécessitent souvent une approche combinée.

L'objet de cette fiche est d'apporter quelques repères sur ces deux dimensions aux professionnels qui souhaitent développer des actions locales en éducation et promotion de la santé- environnement (ESE).

Les déterminants d’un problème de santé-environnement ou état des lieux du problème

En ESE, les actions peuvent se centrer sur de nombreuses thématiques qu'il est nécessaire de connaître pour pouvoir envisager de développer des actions. Cette analyse du problème permet d'en saisir l'ampleur et surtout d'en repérer les déterminants.

Les déterminants de la santé sont l'ensemble des éléments qui influencent l'état de santé d'une population. Ils sont généralement de quatre ordres : l'environnement économique et social, les conditions de vie et de travail, le réseau social et de soutien, les habitudes de vie et données biologiques. De nombreux déterminants de la santé ne dépendent pas de l'individu mais davantage des conditions socio-économiques impliquant une approche combinée des actions. Ces déterminants peuvent avoir un impact sur l'état de l'environnement.

Pour aider au repérage des déterminants ou causes d'un problème, il existe plusieurs outils qui peuvent aider la démarche : arbre à problème, modèle causal…

Illustration

La qualité de l'air intérieur est reconnue comme un enjeu important qui dépend de nombreux déterminants.

 

Etat des lieux des actions qui fonctionnent

L'étape précédente permet de mieux comprendre le problème et ses déterminants et par conséquent de mieux délimiter les champs d'action possibles. En complément, il est nécessaire de se documenter sur « les solutions » que l'on peut envisager : quels sont les facteurs de réussite identifiés dans d'autres expériences menées, que dit la recherche sur les leviers d'actions pertinents, quels sont les retours d'expérience des professionnels… ? Autant d'éléments qui vont nourrir ce travail de repérage des données sur les « solutions » et qui constituent « les données probantes sur l'intervention ». Selon les déterminants étudiés, les disciplines de recherche peuvent-être très variées : psychologie, sociologie, psychosociologie, sciences de l'éducation, économie… Approche qui permet d'appréhender la complexité des interventions. Ces informations peuvent porter sur les mécanismes d'action individuelle (réception d'une information par exemple) mais aussi sur des mécanismes plus collectifs (importance de la norme sociale par exemple) voire politique (influence d'une mesure politique par exemple).

Illustration

Un travail documentaire sur les actions probantes sur périnatalité et santé environnement a permis d'identifier différents leviers d'actions possibles (voir schéma).

Au niveau individuel

Les données de la littérature indiquent que l'apport d'information ne suffit pas car de nombreux biais cognitifs et émotionnels viennent interférer sur la réception des informations et donc la prise de décision. (D. Kahneman et A.Tvsersky, 1979). De plus, face à une injonction, un individu a tendance à développer un mécanisme de réactance qui se traduit par la tentative de maintenir avant tout sa liberté d'action lorsqu'il la croit menacée. Ce mécanisme aboutit souvent à induire chez l'individu une attitude opposée à celle attendue (S. Brehm, 1966). Face à ces constats, la posture de l'éducateur ou de l'intervenant va être déterminante et devra permettre un climat motivationnel soutenant notamment l'autonomie (théorie de l'auto-détermination de Sarrazin, Tessier, Trouilloud, 2006).

 

Au niveau politique

L'interdiction, en 2015, du bisphénol A, dans les biberons notamment a permis une baisse importante de l'exposition des nourrissons à ce perturbateur endocrinien.

L'importance des approches combinées

Les enjeux de santé-environnement étant multifactoriels, il est nécessaire d'avoir une approche qui combine différents niveaux d'actions (J.Bury, 1988 ; J. Morel, 2007). Ainsi, les actions menées uniquement sur les comportements individuels sont moins efficaces que les actions qui mobilisent plusieurs leviers.

En effet, « le rôle de l'organisation des populations marginalisées dans le sens d'une amélioration de leur capacité à exercer des choix et à transformer leurs vies » est aussi important que « le rôle de l'environnement (le contexte institutionnel, politique, économique et gouvernemental) qui autorise les acteurs à mettre en œuvre des actions efficaces ou au contraire les en empêche» (Wallerstein, 2006).

En pratique cela signifie qu'une action en ESE doit se donner des objectifs et déployer des actions à la fois en direction de publics cibles et à la fois en direction de publics relais (professionnels qui entourent ou accompagnent les publics cibles) et des environnements (politiques publiques, règlements intérieurs des organisations…).

Documenter le modèle logique de l’action

L'identification des données probantes de l'intervention adaptées au contexte de l'action permet d'élaborer son modèle logique. Ce modèle va décomposer la chaîne des effets attendus entre une intervention et l'enjeu, le problème de santé-environnement qu'elle vise à remédier. Le modèle logique est utile pour penser l'action mais aussi pour l'évaluer. Cherchant à dépasser la question « est-ce que ça fonctionne ? », le modèle logique permet ainsi de mieux comprendre comment ça fonctionne, comment l'action est censée agir en décomposant une chaine logique. Ce modèle logique vient formaliser une théorie du changement sous-jacente qui se base sur des hypothèses.

 

La logique sous-jacente à ce modèle est qu'il est nécessaire de proposer des formations reposant sur une approche participative et impliquante pour que les participants comprennent mieux les enjeux et s'approprient mieux les gestes à adopter. A l'inverse, développer des formations sur une approche descendante de type exposé ne permettra pas in fine d'agir sur le problème visé.

Pour documenter le modèle logique, il est nécessaire de s'appuyer sur les sciences humaines qui permettent de mieux comprendre les logiques d'acteurs et les freins aux changements.